IMPACT CARBONE & AO CRE 1/9 – Rapide introduction aux mécanismes d’appels d’offres

Le marché photovoltaïque français est aujourd’hui un des plus stable et prometteur d’Europe notamment grâce aux mécanismes d’appels d’offres CRE mis en place depuis Juillet 2011 pour les projets de plus de 100kWc. Barème de notation, critères techniques, le cahier des charges a évolué avec le temps et les retours d’expérience des développeurs de projets. Résumé de ce qu’il faut retenir.

RECAPITULATIF DES DIFFERENTS AO CRE CONNUS A CE JOUR

Fig. 1 : Caractéristiques des appels d’offres CRE depuis Juillet 2011

De manière générale jusqu’à CRE3 les AO se répartissent en deux catégories, les installations moyennes d’une puissance de 100 à 250kWp en toiture, communément appelé « AO simplifié » et les grandes centrales >250kWp.

PRINCIPAUX CRITERES D’EVALUATION

Les dossiers déposés sont principalement évalués sur deux critères principaux : le prix (de vente de l’électricité proposé par le producteur) et l’impact environnemental (qui comprend l’Evaluation Carbone Simplifiée « ECS » qu’on appelle familièrement « Bilan Carbone »).
Même si le barème de notation a un peu changé depuis la période CRE3 le prix reste le critère majeur (~70%) devant l’impact carbone (~30%). Cette répartition varie légèrement en fonction de l’appel d’offre et des périodes de dépôt considérées.

Pour chaque critère une formule spécifique permet de calculer la note finale obtenue. Cette formule définit des valeurs maximales de prix et d’impact carbone à ne pas dépasser sous peine d’obtenir une note nulle.

Nous présenterons la partie bilan carbone dans le prochain chapitre.

Une note de contribution à l’innovation (ou à la recherche et au développement) existait pour les AO CRE >250kWp. Elle a disparu pour la période CRE4 au profit d’un AO dédié à l’innovation.

Ainsi lors de leur choix de modules pour répondre aux AO CRE, les candidats doivent habilement positionner le curseur entre Puissance, Prix, Impact Carbone et Innovation.

CADENCES

Une fois les dossiers déposés, la CRE dispose d’1 à 2 mois pour noter les dossiers et livrer au ministère concerné une liste de projets techniquement et économiquement viables afin que soient choisis et désignés les lauréats. Une fois désignés, ces derniers doivent respecter un délai de 18 à 30mois pour installer et mettre en service leur centrale, un retard peut entraîner une pénalité sous forme de réduction de la période de rémunération et d’un prélèvement d’une partie de la garantie financière.

Ce sont ainsi, d’après les cahiers des charges, plus de 5GW de projets photovoltaïques qui devraient être réalisés à partir de mi-2017 (sans compter les projets CRE3 restants) si le taux de non-réalisation des projets lauréats s’améliore (plus de 40% des centrales ne sont, à ce jour, pas construites*).

Fig.2 : Calendrier d’exécution des volumes attribués AO CRE3 & CRE4

VOLUMES ET PLANNING D’INSTALLATION DIFFICILEMENT TENABLES POUR LES PORTEURS DE PROJETS

Les critères de Prix, Bilan Carbone et d’Innovation des cahiers des charges imposent aux développeurs de projets de désigner dans leur offre un fournisseur de modules PV en précisant leur référence et les composants les constituant.

Une fois lauréat, le projet est donc tenu d’être installé avec les modules désignés dans le dossier. Cela a conduit à des effets indésirables qui bloquent ou ralentissent la réalisation des projets :

  • Des partenariats industriels auraient dû être mis en place pour offrir des produits innovants aux développeurs. Certains, bien que lauréats, n’ont jamais vu le jour ou tenu leurs promesses.
  • Des fournisseurs de modules n’ont pas résisté à la concurrence mondiale et ont déposé le bilan alors qu’ils étaient lauréats de nombreux volumes.
  • Des modules PV avec un excellent bilan carbone sur le papier mais industriellement irréaliste ont été lauréats.

Ainsi, souvent pour permettre aux fournisseurs de modules de trouver des solutions à leur incapacité à livrer le produit lauréat, de nombreux projets ont bénéficié d’une prolongation du délai d’installation. D’autres ont obtenu l’autorisation de changer de modules PV. Ce changement devant être fait dans la limite de la note initialement obtenue, certains projets risquent de ne jamais être réalisés.

De ce fait, des projets CRE1 à CRE3 sont encore dans le pipe et vont venir s’ajouter aux volumes CRE4.

 

*source : GreenEnergy (10/07/2017) – Président de la Générale du Solaire et du syndicat Enerplan, Daniel Bour a abordé ce sujet lors d’un débat organisé par le cabinet de conseil Green Cape Finance et Energy Power Lab, le 6 juillet. Il estime que le taux de transformation des projets en centrales solaires en bonne et due forme n’excède pas 50 à 60%.

 

Lexique :

CRE : Commission de Régulation de l’Energie

AO : Appels d’offre

ECS : Evaluation Carbone Simplifiée

 

Chapitre suivant >

To read this post in ENGLISH, click HERE

Related Post